9. SNSP - 8 septembre 2017 : Communiqué USEP-SV Emplois aidés / Think Culture - Débat La rentabilité économique est-elle soluble dans la culture ? / Revue de presse / Web-conférence Appui conseil Spectacle vivant 14 septembre

"Les emplois aidés au coeur des politiques artistiques et culturelles", communiqué de presse de l’Union syndicale des employeurs publics du spectacle vivant

Alors que le gouvernement a demandé aux agences de Pôle emploi en France de ne pas renouveler les emplois aidés arrivant à leur terme et de réduire leur nombre en 2017/2018 (293 000 pour 2017 contre 459 000 en 2016 pour finir à 200 000 en 2018) ;
Alors que dans un entretien dans le Point, le président a déclaré à propos des emplois aidés qu’il s’agit d’une « subvention déguisée vers les collectivités locales ou le secteur associatif », dénonçant une « politique conjoncturelle, quand elle n’est pas clientéliste  » ;
Alors qu’une étude de la DARES de 2017 conclut : « L’utilisation des contrats aidés, notamment dans le secteur non marchand, peut soutenir l’emploi à court terme. Accroître le nombre de contrats aidés en période de ralentissement économique a des effets favorables sur l’emploi et le chômage » ;
Les employeurs du spectacle vivant subventionné se posent la question de la pleine conscience qu’aurait l’exécutif du rôle joué par ces femmes et ces hommes bénéficiant d’un contrat aidé sur la pérennisation des emplois et des dispositifs dans le secteur culturel (soutien à la création, éducation artistique et culturelle notamment), alors même que les modalités du FONPEPS ne permettent pas d’accompagnement aux emplois structurants.
L’injonction paradoxale consistant à demander aux acteurs culturels d’assumer toujours plus de missions (notamment plus d’éducation artistique et de lien aux territoires) avec moins d’emplois aidés, dans un contexte de fragilité budgétaire accrue, ne nous paraît pas soluble.
Ainsi, nous demandons à ce que la décision du gouvernement soit reconsidérée pour le secteur non marchand que nous représentons.

[ télécharger l'article au format PDF]

Think Culture 2017 : Débat "La rentabilité économique est-elle soluble dans la Culture ?" (participation de Michel Lefeivre) - Retour de News Tank Culture

Article reproduit avec l’aimable autorisation de News Tank Culture.

Retour sur le débat "La rentabilité économique est-elle soluble dans la Culture ?" de l’édition 2017 de Think Culture 2017, avec la participation de Michel Lefeivre, Président du SNSP

« La culture est devenue un acteur économique de premier plan, qui représente 87 Md€ de revenus, et aussi un acteur social, avec 1,3 million d’emplois, ce qui représente deux fois plus que l’automobile. C’est aussi un acteur pour le rayonnement international. (…) À l’inverse, qu’est-ce que l’économie peut apporter à la culture ? Nous évoluons dans un secteur de plus en plus ambitieux, où le public attend une offre de plus en plus variée, mais où le prix des billets a tendance à diminuer et nos coûts à augmenter. Je crois que l’économie peut faire bon ménage avec la culture si l’on respecte quelques règles, si on met en place un cordon sanitaire qui permette une saine cohabitation », déclare Laurent Bentata, directeur général de Stage Entertainment France, lors du débat « La rentabilité économique est-elle soluble dans la culture ? », organisé dans le cadre de la 2e édition de Think Culture à l’université Paris-Dauphine le 05/09/2017.

« J’ai le sentiment que dans le réseau des CDN, des scènes nationales, des centres de développement chorégraphique, il existe un véritable sens des responsabilités économiques. Et heureusement, car sans cela, ces établissements auraient disparu depuis longtemps. Il y un effort de saine gestion. Et l’on peut être un bon gestionnaire même si le sens de l’entreprise que l’on dirige n’a pas de but lucratif. (…) Les théâtres publics ne sont pas tous en train de sombrer à cause de la crise des financements. Ils s’adaptent, ont réduit leurs coûts de fonctionnement, revu le prix de leurs productions, tout en essayant de rendre le même service au public », poursuit Benoît Lambert, directeur du Théâtre Dijon-Bourgogne.

News Tank rend compte des échanges.

Les intervenants
o Laurent Bentata, directeur général de Stage Entertainment France
o Philippe Chapelon, délégué général du SNES
o Benoît Lambert, directeur du Théâtre Dijon-Bourgogne
o Michel Lefeivre, président du SNSP
o Sylvie Robert, sénatrice d’Ille-et-Vilaine
o Jean-Paul Roland, directeur général des Eurockéennes de Belfort

Michel Lefeivre, SNSP

• « Le SNSP représente un tissu de 2 000 scènes publiques réparties sur le territoire, lesquelles totalisent 125 000 représentations annuelles, toutes esthétiques confondues.
• Nos valeurs consistent notamment en une gestion désintéressée de nos structures, mais aussi en une liberté de programmation de nos lieux, sans laquelle la liberté de création ne peut exister.
• Nous ressentons quotidiennement une forte tendance à la marchandisation de la culture. Elle est liée à une somme de facteurs, parmi lesquels la baisse des subventions publiques, qui dure depuis longtemps, liées à l’érosion des subventions et aux coupes budgétaires des collectivités territoriales, consécutives aux baisses des dotations de l’État.
• Par ailleurs, on assiste à l’arrivée d’une nouvelle génération d’élus dans les collectivités. La classe politique a rajeuni et s’est féminisée, ce qui est une bonne chose, mais certains élus se sentent aussi moins dépositaires de l’idée de la décentralisation culturelle, telle qu’elle a été portée d’André Malraux à Jack Lang.
• Et puis il y a la recomposition des territoires, avec des régions qui s’élargissent, mais aussi une fracture des territoires, avec de nouvelles zones péri-urbaines dans lesquelles il n’existe pas nécessairement d’offres culturelles.
• On assiste à un phénomène de globalisation de la culture, avec une consommation de masse qui passe beaucoup par Internet aujourd’hui, qui se traduit par une offre plus formatée et mondialisée.
• Enfin, la concentration est une réalité, avec de grands groupes qui s’intéressent fortement au spectacle vivant. Et qui s’y intéressent avec une logique totalement différente de la nôtre, dans une logique verticale et horizontale.
• Nous pensons qu’une politique publique culturelle doit reposer sur plusieurs piliers : la subvention, les logiques fiscales ou parafiscales, le soutien à la création et la démocratisation de la culture.
• Par soutien à la création, nous entendons subvention pour mettre en œuvre des missions de service public. Mais cela est parfois appréhendé aujourd’hui comme une aide économique à des entreprises culturelles.
• Par démocratisation de la culture, nous entendons un accès à la culture pour tous, dans une vision émancipatrice. Cela est appréhendé aujourd’hui comme l’accès à une offre commerciale abondante de divertissement.
• Mais peut-être cela tient-il à une erreur d’argumentaire dans nos professions. On parle de poids économique pour notre secteur, or notre valeur intrinsèque est sociale.
• Sur le mécénat, qui est une très bonne chose, il faut éviter une forme de dévoiement, qui consisterait à passer d’une politique de renfort des financements à une politique de remplacement.
• Enfin, on voit l’utilisation des DSP à des fins très éloignées d’une politique culturelle ambitieuse. On choisit en général le mieux disant.

Lire les autres interventions en ligne : http://www.snsp.fr/Thin-Culture-2017-Retour-sur-le

[ télécharger l'article au format PDF]

Revue de presse SNSP de mars 2017 à ce jour (mise à jour 8 septembre 2017)

Ci-dessous une sélection du récent écho médiatique du SNSP :

News Tank Culture, 8 septembre 2017 : "Assumer toujours plus de missions avec moins d’emplois aidés n’est pas soluble" suite au communiqué de l’USEP-SV : "Les emplois aidés au coeur des politiques artistiques et culturelles"

News Tank Culture, 6 septembre 2017 : Suite au débat Think Culture 2017, La rentabilité économique est-elle soluble dans la Culture ? : "La Culture est devenue un acteur économique de premier plan" (L. Bentata) > article reproduit avec l’aimable autorisation de News Tank Culture

Pour les échos médiatiques plus anciens, consulter l’article Revue de presse (…) sur notre site internet http://www.snsp.fr/Revue-de-presse-SNSP-de-mars-2017

[ télécharger l'article au format PDF]

14 septembre - Web-conférence Appui conseil Spectacle vivant (entreprises de moins de 11 salariés)

Entreprises du spectacle vivant : vous avez moins de 11 salariés, demandez à bénéficier de l’Appui Conseil Spectacle Vivant !

Prochaine web-conférence pour découvrir en 20mn cet accompagnement totalement pris en charge par l’Afdas : 14 septembre à 14H30.
Inscription obligatoire  : Inscription

Cette prestation de conseil construite sur mesure a été spécifiquement créée pour les entreprises de votre secteur et adaptée à leurs caractéristiques.

Elle vous permet de bénéficier de l’expertise d’un consultant externe, sur les trois volets essentiels du fonctionnement d’une entreprise :

Ce dispositif est fait pour vous !

Des prestataires spécialisés, qui connaissent bien votre secteur d’activité, vous accompagnent individuellement et collectivement pendant plusieurs mois sur une durée totale d’environ 7 jours.

Cet accompagnement se déroule en 3 phases :

1. lancement et pré-diagnostic : cette première phase va permettre au consultant de recueillir le maximum d’informations pour ajuster la démarche aux préoccupations particulières de votre entreprises, planifier l’accompagnement et élaborer avec vous une feuille de route.

2. accompagnement sur les trois volets thématiques : en intra et en inter sur environ 6 jours. C’est au cours de cette phase que le consultant pourra vous proposer des outils méthodologiques. A l’issue de cette phase le consultant vous remettra un diagnostic personnalisé, un plan de développement et un plan d’actions.

3. phase de suivi : quelques mois après l’accompagnement proprement dit le consultant fera un bilan de mise en œuvre du plan d’actions, des difficultés rencontrées, de l’avancement du plan de développement.

Cet accompagnement est totalement financé et ne vient pas « amputer » vos budgets formations.

Pour en savoir plus sur les modalités et bénéficier de l’Appui -Conseil :
> site de l’Afdas https://www.afdas.com/entreprises/s...
> web-conférence le 14 septembre à 14H30 : INSCRIPTION

L’Appui-Conseil Spectacle Vivant a été créé par la CPNEF-SV, l’Afdas et Audiens, avec le soutien des Ministères chargés de l’Emploi et de la Culture.

[ télécharger l'article au format PDF]